MENU

dimanche 20 juillet 2014

La Casati

Auteur : Camille de Peretti
Genre : roman, biographie

Edition : Le Livre de Poche
Publication : juin 2012
Pages : 279 pages

Prix : 6,60€

Résumé
La marquise Casati avait eu des chaussures en diamant, teint ses cheveux en vert, fréquenté les plus grands artistes, pris toutes les drogues possibles, organisé des bals spectaculaires, aimé un boa constrictor, défrayé la chronique et habité au Ritz… Elle offrait désormais le spectacle terrifiant d’une reine déchue, d’une femme qui a connu toutes les splendeurs de ce monde et fini dans la misère. Sa vie ressemble à un conte de fées qui vire au drame ; née héritière de l’une des plus grosses fortunes d’Italie, elle mourut clocharde. C’est peut-être cela qui m’a le plus attirée, le vertige de la perte. Moi qui suis si raisonnable.

Avis
Intriguée par la couverture, je m’étais dit, pourquoi pas. Je ne savais pas grand chose de La Casati, si ce n’est qu’elle avait été une figure mondaine importante de son époque, dans la mode. Mais j’ai vraiment été déçue… Ce livre n’a absolument pas répondu à mon attente : une biographie nous permettant de mieux connaître la marquise. Il n’en a rien été !


Camille de Peretti tente de nous livrer le portrait de La Casati, une femme qui avait décidé de marquer son temps coûte que coûte. Ne parvenant pas à être une muse, Louisa dite La Casati, a trouvé le moyen de s’imposer dans la bonne société. Mécène, excentrique, Camille de Peretti tente de nous faire découvrir sa personnalité complexe dans ce qu’elle voulait être une biographie.
Mais voilà, je n’ai pas adhéré. Son style n’a absolument rien de compliqué, au contraire, il est très accessible et assez fluide. Mais là où j’attendais une biographie (certes courte), je n’ai eu qu’une vie romancée. Cela aurait pu prendre : après tout, La Casati a mené une vie assez débridée pour qu’on puisse en écrire des romans. Mais pourquoi avoir alterné avec des passages autobiographiques ? J’ai acheté un livre promettant une biographie de La Casati, pas de Camille de Peretti (qui en profite d’ailleurs pour régler ses comptes avec un de ses ex) ! Je n’ai pas vu l’intérêt de faire le parallèle entre les vies de ces deux femmes.
Même si toute biographie contient sa part de subjectivité, ici il y en avait bien trop. Le résumé nous promettait pourtant bien une biographie. Cela m’a tellement agacée qu’à plusieurs reprises, pour en apprendre plus sur ce personnage vraiment intéressant, j’ai préféré chercher moi-même des informations ailleurs.

Au final, ce roman était une vraie déception et j’ai mis beaucoup de temps à le lire en dépit de sa brièveté. Je ne recommanderai donc pas ce livre aux personnes désireuses de découvrir le personnage qu’a été la marquise Casati.


Extrait
« Homme, femme, adolescent ou vieillard, séduire c’est faire les yeux doux, charmer, enchanter et soudain sortir ses griffes. Séduire c’est ignorer l’autre pour mieux l’attirer dans es filets, affecter, faire semblant, feindre et contrefaire, plaire et complaire pour ravier, pour subjuguer. Séduire c’est un jeu de paraître et de fascination pour que les yeux de l’être aimé soient aveuglés. Séduire, c’est abuser pour apprivoiser, éblouir pour égarer, tromper pour conquérir ».


Note
4/10

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire