MENU

mercredi 27 août 2014

La Moïra - L'Intégrale

Auteur : Henri Lœvenbruck
Genre : fantasy

Edition : Bragelonne
Publication : Décembre 2010
Pages : 787 pages

Prix : 25€


Résumé
L’enfant s’appelle Aléa…
Jeune orpheline de treize ans, elle hérite involontairement d’un don étrange et se retrouve alors au centre d’intrigues qui la dépassent. Sur l’île de Gaelia, nombreux sont les politiciens et les religieux qui convoitent cette puissance ; nombreux sont ceux qui redoutent cette élue aux facultés uniques, qui pourrait changer la face du monde…
Alors qu’au sud, une armée est en marche pour reconquérir l’île volée à ses ancêtres, la jeune Aléa a désormais de nombreux ennemis : les Soldats de la Flamme, des fanatiques religieux qui voient en elle un nouveau danger, le Conseil des druides, qui lui envient son pouvoir, ou encore les terribles guerriers de Maolmordha…
Prise au cœur d’un conflit colossal, Aléa fuit la mort qui la traque sans pitié. La meute de ses poursuivants grandit de jour en jour. Le moment est proche où elle devra faire face à son destin.
Dans l’ombre, tel le reflet d’un miroir, Imala, une louve solitaire, vit une aventure étrangement parallèle à celle de la jeune fille. Leurs existences sont-elles liées ? Leurs avenirs respectifs sont encore flous, mais une destinée unique attend la louve et l’enfant.

Avis de Marie
Cette trilogie est un véritable coup de cœur ! Comment vous parler en quelques lignes seulement de ce pavé ? Je ne vais pas détailler chacun des tomes parce que sinon, on ne s’en sortira pas, tellement je pourrais me montrer bavarde dessus ! Mais vous allez quand même avoir droit à un petit roman, je suis une incorrigible bavarde…

L’histoire se passe en Gaelia, une île divisée en cinq comptés rivaux, à une époque moyenâgeuse où mystères et légendes règnent. Avec La Moïra, nous assistons à la fin d’une époque et au début d’une nouvelle. Aléa, une jeune orpheline, va jouer un rôle prépondérant dans cette transition. Trouvant un jour, par le plus grand des hasards, une bague lui conférant d’importants pouvoirs magiques, elle va perturber l’ordre établi et soulever un vent de panique chez les druides. Vont s’affronter alors deux visions, l’une ancienne, figée et l’autre, nouvelle, prônant l’évolution vers un monde nouveau. Ses ennemis seront nombreux. Aléa devra alors lutter pour accomplir sa mission car elle est le Salmidanach et c’est à elle que revient la lourde charge de façonner l’avenir du monde.

Henry Lœvenbruck mêle habilement légendes celtiques et bretonnes pour donner vie à cet univers fantastique. Grâce à sa superbe plume, il nous embarque dans un voyage merveilleux aux confins de Gaelia. Mais son travail de précision ne s’est pas arrêté aux descriptions de paysages. Les personnages sont extrêmement bien travaillés. Nous suivons l’évolution d’Aléa, adolescente à peine sortie de l’enfance, pour la voir grandir au fur et à mesure de son voyage. A ses côtés, elle réunit une équipe pour le moins originale : Molljn le nain plein d’humour, le druide Phelim, Galiad le magistel (protecteur du druide), Erwan, plus qu’un simple magistel mais également Faith, une barde. Chaque relation entre les personnages est bien approfondie, ce qui les rend encore plus attachants.
La force de ce livre réside également sur un point en particulier : les loups. L’auteur nous montre ici toute sa passion pour ces animaux magnifiques en nous en faisant des descriptions très détaillées, que ce soit de leur apparence comme de leur comportement. Cette œuvre a ainsi pour autre personnage principal une louve blanche, Imala, rejetée des siens pour sa différence et reflet animal d’Aléa. Leurs destins sont liés, pourtant elles vont chacune suivre leur chemin de leur côté. Se croisant et se séparant à de multiples reprises, chacune va poursuivre son périple afin de sauver Gaelia des forces maléfiques qui la menacent. Comme dans beaucoup d’œuvre de fantasy d’ampleur, les protagonistes sont donc nombreux.

Les intrigues politiques sont tout aussi nombreuses et complexes, ce qui permet d’avoir de multiples rebondissements. Les femmes ont un rôle important ici. Car dans ce monde fait par et pour les hommes, elles vont devoir imposer leur vision pour en construire un nouveau où elles auront toute leur place. Secrets, meurtres et trahisons sont par conséquent de la partie. Henry Lœvenbruck a le sens du détail et met habilement à profit tout son savoir pour nous livrer un récit hautement addictif !

La Moïra est un roman fantasy initiatique comme je les aime : à la fois riche et complexe, nous y découvrons un monde enchanteur fait de mythes et légendes avec des personnages tous plus intéressants et attachants les uns que les autres. A ce jour, ce roman demeure l’un de mes préférés dans le genre ! Je ne peux donc que vous le recommander.

Extraits
« Retrouve Aléa, chuchota-t-il en lui adressant un clin d’œil. Retrouve-la et fais ce que tu dois. Elle compte pour toi plus que tout au monde. Je l’ai vu dans ton esprit. Retrouve-la, Erwan. »

« Je ne sais pas pourquoi tu me suis, ma louve, et je ne sais pas non plus pourquoi cela me fait plaisir… Mais il y a quelque chose entre nous. Tu le sens, toi aussi, n’est-ce pas ? »

« L’histoire était en train de se jouer. Maintenant. Une seule fois. Il n’y aurait pas de deuxième chance. Aléa, elle, l’avait compris et l’assumait chaque matin, chaque jour, devant chaque épreuve. Gaelia devait changer. »

Note
10/10

2 commentaires :

  1. Je ne connaissais pas du tout, alors merci pour la découverte :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien, cette trilogie est géniale et la suite tout aussi bien !

      Supprimer