MENU

mardi 26 août 2014

Stupeur et tremblements

Auteur : Amélie Nothomb
Genre : Roman, Autobiographie

Edition : Le Livre de Poche
Publication : Mars 2001
Pages : 187 pages

Prix : 5,60 euros

Résumé
Au début des années 1990, la narratrice est embauchée par Yumimoto, une puissante firme japonaise. Elle va découvrir à ses dépens l’implacable rigueur de l’autorité d’entreprise, en même temps que les codes de conduite, incompréhensibles au profane, qui gouvernent la vie sociale au pays du Soleil levant.
D’erreurs en maladresses et en échecs, commence alors pour elle, comme dans un mauvais rêve, la descente inexorable dans les degrés de la hiérarchie, jusqu’au rang de surveillante des toilettes, celui de l’humiliation dernière. Une course absurde vers l’abîme – image de la vie -, où l’humour percutant d’Amélie Nothomb fait mouche à chaque ligne. Entre le rire et l’angoisse, cette satire des nouveaux despotismes aux échos kafkaïens a conquis un immense public et valu à l’auteur d’Hygiène de l’assassin le Grand Prix du roman de l’Académie française en 1999.

Avis
C’est en voyant le film à la télévision pour la première fois que j’ai eu envie de vous parler du roman. Dans les deux cas, je n’ai pas aimé. Je pensais que le film me réconcilierait peut-être avec la version papier mais rien à faire, je crois que les livres d’Amélie Nothomb ne sont tout simplement pas faits pour moi.

L’auteur se base sur sa propre expérience pour mettre en scène une jeune femme, Amélie, qui embauchée par une grande entreprise japonaise, va découvrir comment fonctionne le monde du travail au Japon. Rentrée en tant qu’interprète, elle va chuter vertigineusement jusqu’au poste de dame pipi, alors qu’elle ne pensait pas pouvoir tomber aussi bas. Harcèlement moral, acharnement au travail, pressions vont remplir son quotidien. Amélie désire vivre au Japon, or elle découvre une facette de ce pays qu’elle n’apprécie pas.

 Ce qui m’a le plus dérangée dans cette histoire est justement cette héroïne. Consciente de sa situation et des humiliations de plus en plus nombreuses qu’elle subie, Amélie choisit cependant de rester. Ce qui est choquant, c’est qu’elle a la volonté de vivre comme une Japonaise au Japon mais elle ne semble pourtant pas en connaître les principaux us et coutumes, ce qui va d’ailleurs lui valoir quelques mauvaises surprises. Sans compter que l’héroïne a un net penchant pour l’auto-flagellation mentale ! Par moment, j’en suis presque venue à penser que cette situation lui plaisait. Peut-être fallait-il adhérer à la psychologie du personnage pour apprécier l’histoire. Ce n’était pas le cas pour moi et l’histoire ne m’a donc pas convaincue.

Heureusement que ce roman est très court (187 pages avec une police assez grosse) et que l’écriture est fluide. Auteure adulée, j’ai dû mal à comprendre tout cet engouement autour d’Amélie Nothomb. Alors oui, ses romans se lisent facilement et c’est bien là le principal atout de Stupeur et tremblements, mais aucun d’entre eux ne m’a laissé un souvenir impérissable.

Un style d’écriture qui n’a rien d’exceptionnel (sauf quelques rares passages), une histoire plate et sans rebondissement et un personnage principal dépourvu de caractère, telles sont mes impressions de Stupeur et tremblements. Je l’ai lu une fois, je ne recommencerai pas. Le film d’Alain Corneau avec Sylvie Testud dans le rôle principal me confirme dans mon opinion.

Extraits
« Autant Noël me déprime, autant Pâques me réjouit. Un Dieu qui devient un bébé, c’est consternant. Un pauvre type qui devient Dieu, c’est quand même autre chose. J’enlace l’ordinateur de Fubuki et le couvre de baisers. Moi aussi, je suis une pauvre crucifiée. Ce que j’aime, dans la crucifixion, c’est que c’est la fin. Je vais enfin cesser de souffrir. Ils m’ont martelé le corps de tant de nombres qu’il n’y a plus place pour la moindre décimal. Ils me trancheront la tête avec un sabre et je ne sentirai plus rien. »

« Entre le suicide et la transpiration, n’hésite pas. Verser son sang est aussi admirable que verser sa sueur est innommable. Si tu te donnes la mort, tu ne transpireras plus jamais et ton angoisse sera finie pour l’éternité. »

Note

5/10

6 commentaires :

  1. J'ai déjà lu deux livre de cette auteur que j'ai beaucoup aimé, j'essayerai peut-être celui ci pour me faire mon propre avis :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me diras ce que tu en as pensé, peut-être est-ce moi qui n'accroche pas avec elle ^^'

      Supprimer
  2. Je ne lis pas ton avis, je le lirais plus tard car je dois lire ce livre ;-)

    RépondreSupprimer
  3. J'avais trouvé ce livre très intéressant même si depuis je n'ai plus vraiment réussi à me lancer dans un roman de l'auteur ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'un point de vue culturel, il est assez intéressant même s'il ne s'agit que de l'expérience d'une seule personne. Après, pour avoir lu d'autres romans de l'auteur, aucun d'eux ne m'a laissée un souvenir impérissable.

      Supprimer