MENU

dimanche 2 novembre 2014

Aelig et le Peuple Céleste, Tome 1

Auteur : Benjamin Debuc
Genre : Fantasy, Jeunesse

Edition : Persée
Publication : 29 janvier 2014
Pages : 344 pages

Prix : 23 euros

Résumé
Les nains, les sorciers, les démons et les anges … Aelig n’y consacre aucune importance ! Installé dans un village reculé de l’Orayklëh, ce jeune homme de quinze ans mène une vie paisible en compagnie de ses parents adoptifs et de son petit frère. Et pourtant … son destin ne tarde pas à le rattraper ! Suite à sa rencontre mystérieuse avec un tigre blanc sauvage, il vient à découvrir un diamant étincelant, héritage magique du peuple céleste. L’un des trois élus suprêmes, descendant des puissants séraphins, telle est sa vraie nature ! Entrainé dans une folle et périlleuse aventure, il devra sillonner l’Orayklëh aux cotés de son parrain Bleiz et de ses deux gardiens, une nymphe et un nain, dans le but de trouver les sept temples élémentaires et rassembler ses pouvoirs ; car voilà bien longtemps que la paix est menacée par Dorgal, roi des Enfers.
Réussira-til à échapper aux tueurs démoniaques ; à retrouver à temps les deux autres élus, ou tout simplement à s’intégrer dans ce nouveau monde ? Une chose est sûre : l’heure de l’affrontement final approche et le destin du monde magique est désormais entre ses mains…

Avis
Merci aux éditions Persée pour l’envoi d’Aelig et le Peuple Céleste, un roman fantasy plutôt sympa.
Ce premier tome des aventures d’Aelig nous fait découvrir un monde plein de magie et de créatures enchantées. Notre héros est un jeune adolescent dont la vie va être bouleversée suite à la découverte de ses origines : il est en réalité un descendant des trois grands séraphins, ces anges aux pouvoirs exceptionnels qui se sont sacrifiés afin de sauver le monde. Or celui-ci est de nouveau en danger ! Dorgal, un ange déchu, s’est allié aux démons et cherche à faire régner le chaos et la destruction. Seuls Aelig et les deux autres élus pourront en venir à bout. Mais avant toute chose, il leur sera nécessaire de rassembler leurs pouvoirs et d’apprendre à les contrôler. Accompagné de son mentor Bleiz, un puissant sorcier et de ses deux gardiens, une nymphe et un nain, Aelig se lance dans une aventure qui le changera à jamais et dont l’avenir du monde dépendra.

On retrouve dans ce roman tous les éléments typiques de la fantasy : un jeune héros découvrant que l’avenir du monde repose sur ses épaules, de la magie, des créatures fantastiques en quantité telles que nymphes, sirènes, sorciers, nains, démons, etc… L’univers n’est pas sans rappeler de nombreux jeux vidéo auxquels j’ai joué et livres que j’ai lu, ce qui n’était pas pour me déplaire. Ainsi, je n’ai pas pu m’empêcher de penser notamment à Zelda avec la recherche des temples ou encore à Diablo avec la lutte entre les anges et les démons mais également à Shannara de Terry Brooks avec les pierres elfiques et à Harry Potter avec le Tournoi des Sept Lunes. L’univers est donc très riche et bien construit, l’auteur nous livrant de nombreux détails sur les peuples qui l’habitent et sur leur histoire. Seulement, j’ai eu l’impression par moment qu’il voulait nous donner trop d’informations d’un seul coup. Et c’est ce qui fait que j’ai trouvé ce roman difficilement prenant. Car aussi sympathique que soit l’histoire, j’ai eu beaucoup de mal à me laisser entraîner dedans. Ce foisonnement de détails nous renseigne certes sur le monde dans lequel nos personnages évoluent mais du coup, l’histoire n’avance pas réellement, surtout dans la première moitié. Heureusement, la présence de quelques apartés aux lecteurs était plutôt sympa, ce qui permettait d’insuffler du dynamisme à un récit qui en manquait un peu.

Passons maintenant aux personnages. Dans l’ensemble, je n’ai pas réussi à m’attacher à eux. Ils m’ont paru abordés de manière assez superficielle, à tel point que, quand certains d’entre eux ont disparu, je n’ai rien ressenti. C’est dommage ! Mon plus gros problème a été avec Aelig, le héros. Naïf, pour ne pas dire carrément mièvre, je l’ai trouvé agaçant. Toujours prêt à abandonner à la moindre difficulté, c’est pour mieux relever la tête quelques lignes après. Cela aurait pu aller si ce n’était pas systématique. Par ailleurs, il n’a pas toujours des pensées en adéquation avec son âge (16 ans) : par moment, il paraît beaucoup plus jeune, à d’autres, beaucoup plus vieux. Il prend très rapidement conscience de sa mission, à tel point qu’on ne reconnaît pas le personnage à peine présenté au début du livre au bout d’une cinquantaine de pages. Malgré tout, je me suis accrochée et ce n’est que vers la fin que j’ai réussi à le trouver intéressant, Aelig ayant beaucoup changé et gagné en maturité ! J’ai tout de même préféré Eowin et surtout Conogan, les deux autres élus. Je regrette d’ailleurs que l’auteur ait introduit Conogan si tardivement et qu’il ne l’ait donc pas développé davantage.
Quant aux autres compagnons de route d’Aelig, ils ressemblent en tous points à ceux que l’on retrouve dans les romans de fantasy : à savoir un mentor plus âgé dont la sagesse éclairera le chemin de ses petits protégés et dont la protection se révèlera à maintes reprises efficace ainsi que deux représentants de races dont l’avenir dépend de la réussite de la mission de nos jeunes élus.

Au final, si Aelig et le Peuple Céleste n’est pas pour moi un coup de cœur, il n’en reste pas moins une lecture agréable ! Il s’agit donc d’un premier roman très prometteur d’un jeune auteur au talent certain dont je suis curieuse de découvrir la suite.

Extrait
« N’avez-vous jamais songé à tout abandonner, cesser de constamment vous battre contre votre instinct ? Bien sûr que si… Et ce n’est autre que cette perpétuelle vulnérabilité qui donne sa valeur à la vie et nous donne la force de jouir de ses plaisirs éphémères. »


Note
3/5

2 commentaires :

  1. Très tentant celui-là, je l'ajoute à ma liste !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il te plaira ! Malgré ses quelques défauts, c'est une jolie découverte :D

      Supprimer