MENU

mardi 23 décembre 2014

Moloka'i

Auteur : Alan Brennert
Traduction : Amandine Schneider-Depouhon
Genre : Drame

Edition : Charleston
Parution : Juin 2014
Pages : 494 pages

Prix :  22,50 euros
AchatFnac - Moloka'i

Résumé
Hawai, 1892. Rachel Kalama, petite Hawaïenne de sept ans à l’esprit vif et malicieux, rêve de visiter des contrées lointaines à l’image de son père, qui officie dans la marine marchande. Jusqu’au jour où une tache rosâtre apparaît sur sa peau, et où ses rêves d’ailleurs s’envolent aussi sec. Arrachée à son foyer et à sa famille, Rachel est envoyée à Kalaupapa, campement de quarantaine installé sur l’île de Moloka'i. C'est là que sa vie doit se terminer – mais elle s’aperçoit qu’en réalité, elle ne fait que commencer.

Avis de Manon
J’ai mis plusieurs semaines à lire Moloka’i mais pour autant cela ne veut pas dire que je n’ai pas apprécié cette histoire, bien au contraire !!! Je tiens donc à remercier les éditions Charleston pour m’avoir fait parvenir cette très belle découverte. Moloka’i fait partie de ces romans que je prends le temps de savourer pour faire durer ma lecture et le plaisir car il y a des personnages que l’on quitte toujours à regret, comme c’est le cas pour Rachel Kalama. 
À 7 ans, Rachel est une petite hawaïenne insouciante et pleine de vie dont le quotidien est rythmé par le retour à la maison de son père Henri, marin. Mais tout cela va prendre fin le jour où apparaît sur sa peau une petite tache indolore. Le diagnostic est sans appel : Rachel à la lèpre. Brutalement arrachée aux siens, elle est exilé en quarantaine à Kalaupapa, une léproserie installée sur l’île de Moloka’i. Et si le destin de la petite Rachel semble joué d’avance, la vie réserve parfois bien des surprises et son arrivée sur l'île ne signera pas sa mort et se révèlera le début d’une vie riche et incroyable. 

Alan Brennert nous entraîne dans un Hawaii méconnu mais passionnant et en pleine mutation à l’aube du XXème siècle. Croyances, coutumes, langage, manières de vivre… On a ici une description très réaliste et colorée de ce qu’était la vie à cette époque, bien loin des idées reçues et des fantasmes touristiques. À travers la vie de Rachel, c’est l’histoire de tout un peuple que nous découvrons. J’ai trouvé que l’aspect historique du livre était très bien traité et amené par l’auteur. De même que la maladie de Rachel, la lèpre, qui a dû nécessiter beaucoup de recherche vu la minutie dont fait preuve l’auteur lorsqu’il nous décrit ses symptômes, ses effets ou encore les traitements employés aux différentes époques.

Le fait que cette histoire se déroule sur plusieurs décennies nous permet de voir les bouleversements de la société en même temps que celle des personnages, attendrissants et marquants pour la plupart. Et parmi eux, Rachel m’a beaucoup marquée que ce soit en tant qu’enfant ou qu’adulte. C’est vraiment un personnage fort, émouvant et attachant. Au fil des pages, j’ai beaucoup apprécié de la voir évoluer de petite fille malicieuse et insouciante en femme déterminée et courageuse. C’est une héroïne qui intrigue le lecteur, force son admiration et qui lui donne l’envie de la découvrir.

Entre rire et larmes, le style et le ton d’Alan Brennert font mouche à chaque fois. C’est drôle, émouvant, juste mais en même temps cela fait réfléchir et interpelle. Car ce roman m’a aussi fait réfléchir sur la vie en général et les surprises, bonnes ou mauvaises, qu’elle peut parfois nous réserver. 

Moloka’i est donc un livre que je conseille à tous les amateurs de sagas historiques mais aussi, et tout simplement, à tous les amateurs d’histoires fortes, vraies et émouvantes ou qui ont un faible pour les héroïnes fortes, authentiques et attachantes.  

Extrait
« Peu lui importait que son visage soit balafré et que ses oreilles pendent tristement ; c’était son Oncle Pono, il la serrait dans ses bras et rien d’autre n’avait d’importance. Dès cet instant, tout cela aurait d’ailleurs de moins en moins d’importance. »

Note
4/5

1 commentaire :

  1. j'ai beaucoup aimé!
    L'île des oubliés de Victoria Hislop est dans le même genre, et très bon également si tu ne connais pas :)

    RépondreSupprimer